bonté


bonté

bonté [ bɔ̃te ] n. f.
• 1080; lat. bonitas, atis, de bonus « bon »
IRare Qualité de ce qui est bon (I, A); bonne qualité. excellence. Bonté d'une terre, d'un vin. IICour.
1Qualité morale qui porte à faire le bien, à être bon (I, B) pour les autres. altruisme, bénignité, bienveillance, bonhomie, clémence, compassion, humanité, indulgence, magnanimité, mansuétude, miséricorde, pitié. « Nul ne mérite d'être loué de bonté, s'il n'a pas la force d'être méchant » (La Rochefoucauld). Il est d'une grande bonté. Par bonté d'âme (souvent iron.). Acte de bonté. Sourire, geste plein de bonté. Traiter qqn avec bonté. Relig. Dieu est toute bonté. Interj. Bonté divine !
2Vieilli Avoir la bonté de (et l'inf.),la gentillesse de. amabilité, complaisance, obligeance. Voulez-vous avoir la bonté de m'apporter ce dossier.
3Au plur. Acte de bonté; par ext. Acte d'amabilité. Merci de toutes vos bontés, des bontés que vous avez eues pour moi.
⊗ CONTR. Méchanceté.

bonté nom féminin (latin bonitas) Disposition de quelqu'un à être bienveillant, compatissant, charitable : Un regard plein de bonté.bonté (citations) nom féminin (latin bonitas) Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire Rome 1880-Paris 1918 Nous voulons explorer la bonté contrée énorme où tout se tait. Calligrammes, la Jolie Rousse Gallimard Raymond Payelle, dit Philippe Hériat Paris 1898-Paris 1971 Le goût de la bonté, qui peut-être ne serait pas un sentiment viril […]. La Main tendue Gallimard Marcel Jouhandeau Guéret 1888-Rueil-Malmaison 1979 Ce n'est ni l'amitié ni la bonté qui nous manquent, mais nous qui manquons à l'amitié et à la bonté. Chroniques maritales Gallimard Anne Thérèse de Marguenat de Courcelles, marquise de Lambert Paris 1647-Paris 1733 Il faut bien plus d'esprit pour plaire avec de la bonté qu'avec de la malice. Lettres, à la supérieure d'un couvent François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 Il y a des méchants qui seraient moins dangereux s'ils n'avaient aucune bonté. Maximes François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 Nul ne mérite d'être loué de bonté s'il n'a pas la force d'être méchant. Maximes François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 Rien n'est plus rare que la véritable bonté ; ceux mêmes qui croient en avoir n'ont d'ordinaire que de la complaisance ou de la faiblesse. Maximes Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux Paris 1688-Paris 1763 Les âmes excessivement bonnes sont volontiers imprudentes par excès de bonté même, et d'un autre côté, les âmes prudentes sont assez rarement bonnes. Le Paysan parvenu Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 La confiance en la bonté d'autrui est un non léger témoignage de la bonté propre. Essais, I, 14 Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues Aix-en-Provence 1715-Paris 1747 Il y a des semences de bonté et de justice dans le cœur de l'homme, si l'intérêt propre y domine. Réflexions et Maximes Bible Faites-vous des semailles de justice, moissonnez une récolte de bonté. Ancien Testament, Osée X, 12 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». ● bonté (expressions) nom féminin (latin bonitas) Ayez la bonté de, expression atténuée d'un ordre, d'un désir. Bonté divine !, Bonté du ciel !, exclamations marquant la surprise, l'émotion. ● bonté (synonymes) nom féminin (latin bonitas) Disposition de quelqu'un à être bienveillant, compatissant, charitable
Synonymes :
- bénignité
- charité
- miséricorde
- pitié
Contraires :
- méchanceté
Ayez la bonté de
Synonymes :
- amabilité

bonté
n. f.
d1./d Rare (En parlant de choses.) Qualité de ce qui est bon. La bonté d'une terre.
d2./d (En parlant de personnes.) Qualité qui pousse à faire le bien, à être bon envers autrui. Recourir à la bonté de quelqu'un.
d3./d (Formule de politesse.) Ayez la bonté de...
Iron. Ayez la bonté de vous taire.
d4./d (Plur.) Actes de bonté, de bienveillance, d'amabilité. Avoir des bontés pour quelqu'un.

⇒BONTÉ, subst. fém.
Qualité de celui (celle), ce qui est bon(ne).
A.— Qualité de la personne ou de la chose qui possède toutes les propriétés requises.
1. [Sous le rapport de sa nature]
a) Domaine esthétique, intellectuel, vx. Caractère de ce qui répond à certains critères d'appréciation artistique, logique, etc. ... justesse (...) bonté de nos raisonnements (DESTUTT DE TRACY, Éléments d'idéologie, Logique, 1805, p. 180); la beauté (...) de son local (...) la bonté de son orchestre (JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 2, 1812, p. 174).
b) Domaine moral. Caractère de ce qui est conforme au bon, au bien, aux valeurs morales reconnues favorables à l'épanouissement de l'Homme. La bonté d'une action morale, d'une cause. (Quasi-)synon. vérité, vertu; (quasi-) anton. mauvaiseté, vice :
1. MM. de Larnage et Maillart, persuadés que le bonheur des habitans est en proportion de la bonté de leurs mœurs, ne négligeaient rien pour les adoucir et pour leur donner l'exemple de la conduite la plus morale et la plus vertueuse.
BAUDRY DES LOZIÈRES, Voyage à la Louisiane, 1802, p. 280.
Spéc. Bonté de la nature humaine, de la vie, etc. :
2. L'acceptation de la nature, la confiance en la valeur intrinsèque de toutes ses manifestations, l'espérance en son progrès indéfini si nous savons voir ce qu'elle a de bon pour en tirer le meilleur, d'un mot, l'affirmation de la bonté radicale du monde et de la vie, voilà l'optimisme moderne dans son opposition radicale au pessimisme chrétien.
GILSON, L'Esprit de la philos. médiév., t. 1, 1931, p. 112.
3. Ce que j'appelle ici théologie humaniste absolue, c'est avant tout celle de Jean-Jacques Rousseau, la théologie de la bonté naturelle. On le sait, l'homme de Rousseau est non seulement indemne du péché originel et des blessures de nature, il possède par essence la pure bonté qui le rend participant de la vie divine et qui se manifestait en lui dans l'état d'innocence. Ainsi la grâce a été résorbée dans la nature. Le vrai sens de la théorie de Rousseau, c'est que l'homme est naturellement saint. Bien plutôt, que vertueux! (...). L'homme est saint, s'il s'établit dans l'union divine à l'esprit de la nature, qui rendra bons et droits tous ses premiers mouvements. Le mal vient des contraintes de l'éducation et de la civilisation, de la réflexion et de l'artifice. Qu'on laisse s'épanouir la nature, la pure bonté paraîtra, ce sera l'épiphanie de l'homme.
MARITAIN, Humanisme intégral, 1936, p. 30.
c) Domaine des relations soc. ou interindividuelles. Caractère de (ce) qui facilite les bons rapports :
4. L'affectueuse cordialité des deux femmes le pénétrait; il s'exagérait cette bonté facile, cette bonne grâce mondaine, par le désir qu'il avait de la croire profonde.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, Le Matin, 1904, p. 182.
Expr. (gén. dans des formules de politesse). Avoir la bonté de (donner, écrire, envoyer, etc.). Si vous voulez bien avoir la bonté de me suivre (BILLY, Introïbo, 1939, p. 14). (À l'impér., pour atténuer un ordre, avec une nuance iron. parfois). Ayez la bonté de revenir quand je serai visible (BALZAC, La Duchesse de Langeais, 1834, p. 287). (Fam.). Si c'est/c'était un effet de votre bonté (A. FRANCE, Le Petit Pierre, 1918, p. 85).
PARAD. a) (Quasi-)synon. affabilité, amabilité, aménité, civilité, gentillesse, obligeance, sollicitude. b) (Quasi-)anton. hostilité, incivilité, rudesse.
P. méton. Une bonté, des bontés. Acte(s), paroles qui expriment la bonté, l'intention d'établir de bons rapports. Un enchaînement continuel de prévenances, d'hospitalité, de bontés (LAMARTINE, Correspondance, 1833, p. 343); me comble de bontés, me fait des cadeaux charmants (E. DE GUÉRIN, Lettres, 1838, p. 196); n'avaient d'attentions, de bontés que pour moi (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1880, p. 89). (Quasi-)synon. égards, services.
En partic. (euphémiquement), domaine des relations amoureuses. [En parlant aussi bien d'un homme que d'une femme] Avoir des bontés pour. Se donner charnellement à. (Quasi-)synon. faveurs; (quasi-)anton. dédains, rebuffades :
5. Le danger de la doctrine du plaisir c'est que celui des hommes les porte à se vanter sans cesse des bontés que l'on peut avoir pour eux. Le remède est facile et amusant, il faut toujours mettre en désespoir l'homme qui a servi à vos plaisirs.
STENDHAL, Lamiel, 1842, p. 95.
6. Les bontés, qui ne sont plus que de la bonté sont un triste accident du désir.
H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 125.
2. [Sous le rapport de sa fonction] Vieilli. Caractère de ce qui est apte à remplir un rôle déterminé, de ce qui produit l'effet attendu. La bonté d'un vin, du sol, etc. :
7. Le terrain des environs de Monterey, quoique sec, paraît susceptible d'une culture avantageuse, et nous avons des preuves que nos grains d'Europe y viennent bons et en abondance : la viande de boucherie y est de la meilleure qualité. Il est donc certain que vu la bonté du port, si cet établissement devenait un jour florissant, un ou plusieurs vaisseaux ne trouveraient en aucun lieu du monde une meilleure relâche : ...
Voyage de La Pérouse, t. 4, 1797, p. 105.
8. ... cette fraise a avec moi les rapports de me faire trois effets; l'un, que j'appelle me faire plaisir; l'autre, que j'appelle me faire du bien; le troisième, que j'appelle me faire ou me rendre service : j'exprime ces trois rapports en disant qu'elle est belle, qu'elle est bonne, qu'elle est utile; et les causes de ces trois rapports, par les mots beauté, bonté, utilité, qui représentent trois propriétés de la fraise, trois des idées qui composent l'idée de cet être.
DESTUTT DE TRACY, Éléments d'idéologie, Idéologie, 1801, p. 100.
Rem. Bonté tombe en désuétude dans cette accept. quoique certains aut. du XXe s. l'emploient encore : douceur d'être assis; bonté du sommeil dans l'obscurité complète (LARBAUD, A. O. Barnabooth, 1913, p. 55); des odeurs d'une bonté simplette, qui ne se haussaient pas jusqu'au gâteau (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 34).
B.— [Avec une valorisation affective]
1. Qualité d'une personne bonne, portée à considérer, traiter les autres d'une façon favorable, en s'abstenant de leur nuire, et surtout en œuvrant pour leur épanouissement vital, aux dépens même de ses propres intérêts. Grande bonté, bonté d'âme, du cœur :
9. C'est un bonheur, une grande fortune d'être né bon. Une partie de la bonté consiste peut-être à estimer et à aimer les gens plus qu'ils ne le méritent; mais alors une partie de la prudence est de croire que les gens ne valent pas toujours ce qu'on les prise. Sans bonté, la puissance meurtrit le bien, quand elle y touche, et la compassion arrose et fomente le mal.
J. JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 191.
10. Et avec cela, une âme dévouée, généreuse, humble, qui fait du bien comme on respire, et dont la bonté couvre la finesse et fait taire la pénétration. C'est un exemplaire de la vraie vie religieuse, de la charité divine, rayonnante, modeste, qui accepte tout et pardonne tout.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 102.
11. ... c'était en réalité sa bonté qui saignait, cette bonté immense qu'il devait à son amour de la vie, qu'il épandait sur les choses et sur les êtres, dans le continuel souci du bonheur de tous. Être bon, n'était-ce pas la vouloir, la faire heureuse, au prix de son bonheur, à lui? Il lui fallait avoir cette bonté-là, et il sentait bien qu'il l'aurait, décisive, héroïque.
ZOLA, Le Docteur Pascal, 1893, p. 255.
12. Dans l'humanité, la fréquence des vertus identiques pour tous n'est pas plus merveilleuse que la multiplicité des défauts particuliers à chacun. Sans doute, ce n'est pas le bon sens qui est « la chose du monde la plus répandue », c'est la bonté. (...). Même si cette bonté, paralysée par l'intérêt, ne s'exerce pas, elle existe pourtant et, chaque fois qu'aucun mobile égoïste ne l'empêche de le faire, par exemple pendant la lecture d'un roman ou d'un journal, elle s'épanouit, se tourne, même dans le cœur de celui qui, assassin dans la vie, reste tendre comme amateur de feuilletons, vers le faible, vers le juste et le persécuté.
PROUST, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 741.
13. Dans mes regards riait un amour épars, éperdu. Je pensais : la bonté n'est qu'une irradiation du bonheur; et mon cœur se donnait à tous par le simple effet d'être heureux.
GIDE, Les Nouvelles Nourritures, 1935, p. 281.
14. Je ne me flatte pas d'être bon. Car pour oser se dire bon, il faudrait sentir en soi cette bonté active qui commande des travaux et des sacrifices pour diminuer le malheur d'autrui ou s'ingénier à son bonheur. Mais tout ce qui ressemble de près ou de loin à la méchanceté, à la cruauté, au mépris de la souffrance d'autrui me répugne.
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, La Douceur de la vie, 1939, p. 147.
SYNT. Bonté paternelle; extrême, inépuisable, vraie bonté; semaine de bonté (PRÉVERT, Paroles, Inventaire, 1946, p. 242; p. iron., MONTHERLANT, Les Jeunes filles, 1936, p. 1021); accueillir, recevoir avec bonté.PARAD. a) (Quasi-)synon. altruisme, bienfaisance, clémence, débonnaireté, générosité, humanité, mansuétude, philanthropie. b) (Quasi-)anton. dureté, férocité, inclémence, inhumanité, malveillance.
Spéc. [La bonté dans ses manifestations extérieures] Air, expression, sourire de bonté :
15. Elle a conservé, à un âge avancé, la fraîcheur d'impressions et la grâce d'esprit de sa jeunesse. J'ai toujours remarqué que la bonté était un élément de longévité; l'amour, qui crée, conserve aussi; la haine, au contraire, ronge et détruit.
LAMARTINE, Nouvelles Confidences, 1851, p. 116.
16. ... Andarran retrouvait une sérieuse jeune fille de dix-huit ans, au regard limpide et clair comme les eaux printanières de la Gélise; un de ces regards de droiture et de bonté sous lesquels le cœur de l'homme s'ouvre spontanément, tant paraît sûre la promesse de guérison qu'ils apportent aux plus secrètes plaies.
DE VOGÜÉ, Les Morts qui parlent, 1899, p. 91.
Rem. La bonté est souvent traduite par un rayonnement de l'expr. physionomique, notamment du regard; elle aurait aussi pour indice d'assez fortes lèvres (cf. DU CAMP, En Hollande, 1859, p. 143; HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 80; etc.). Comme beau est souvent associé à bon, beauté l'est de même à bonté; Hugo parle de « la beauté de la bonté » (cf. Les Misérables, t. 1, 1862, p. 10); mais Balzac rappelle sagement : La beauté chez les hommes n'est pas toujours le signe de la bonté (Splendeurs et misères des courtisanes, 1847, p. 153).
P. ext. [La bonté exprimée dans une œuvre hum.] Lettre (...) pleine de bonté, de cœur et de gaieté (M. DE GUÉRIN, Correspondance, 1837, p. 330).
P. anal. [En parlant d'animaux, de choses] :
17. ... la tendresse de l'oie, sa faculté d'attachement, la bonté enfin des cigognes, leur piété pour leurs vieux parents, attestée par tant de témoins, formaient entre ce monde et nous des liens sympathiques que la légèreté humaine n'aurait pas dû briser barbarement.
MICHELET, L'Oiseau, 1856, p. 63.
18. Cette douceur, cette bonté de la Moselle qui ne demande rien, ne veut rien, qui laisse Tolède, Venise être magnifiques.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 7, 1909, p. 298.
P. méton. Une, des bonté(s).
♦ Personne bonne. L'assemblée plénière de tous les courages, de toutes les bontés, de toutes les noblesses d'âme, chantant le même alleluia! (R. BAZIN, Le Blé qui lève, 1907, p. 331).
♦ Témoignage de bonté. C'que j'dois de r'connaissance à vos bontés, à vos soins généreux (SCRIBE, VARNER, Le Mariage de raison, 1826, I, 13, p. 395); son dévouement, ses attentions, toutes ses bontés (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 100). (Quasi-)synon. bonnes actions/œuvres, bienfaits, libéralités.
2. Attribut de Dieu, considéré comme l'Être suprêmement bon. Bonté céleste, infinie, suprême :
19. Je suis portée à croire que nous calomnions un peu ces gens qu'on appelle des scélérats, et l'idée que j'ai de la bonté de Dieu ne se concilie pas bien avec la possibilité d'une dépravation si horrible.
— La bienveillance de ton cœur t'abuse, répondit Madame Alberti. Il est vrai que le mal absolu répugne à la juste idée que nous nous faisons de l'extrême bonté du Créateur et de la perfection de ses ouvrages; mais il l'a cru certainement nécessaire à leur harmonie, puisqu'il l'a placé dans tout ce qui est sorti de ses mains à côté du bon et du beau.
NODIER, Jean Sbogar, 1818, p. 106.
20. De qui l'homme tiendrait-il la bonté, si Dieu n'en était l'océan primordial, et si en formant notre cœur, il n'y avait pas versé avant tout une goutte du sien? Oui, Dieu est bon; oui, la bonté est l'attribut qui recouvre en lui tous les autres, et ce n'est pas sans raison que l'antiquité gravait au fronton de ses temples cette inscription fameuse où la bonté précédait la grandeur. Mais toute perfection suppose un objet où s'appliquer. Il fallait donc à la bonté divine un objet aussi vaste et profond qu'elle-même : Dieu l'a découvert. (...) il a entendu le cri des mondes qui n'étaient pas, le cri d'une misère sans mesure appelant une bonté sans mesure. L'éternité s'est troublée, et elle a dit au temps : commence! Le temps et l'univers ont obéi à la volonté de Dieu, comme la volonté de Dieu avait cédé, mais librement, à l'inspiration de la bonté. (...). Quand donc il a fait l'univers, il l'a fait par un mouvement libre de son cœur, et non par nécessité. Il l'a fait gratuitement, sans l'impulsion de l'intérêt, sans la contrainte du devoir, sans l'entraînement d'un amour qui fût mérité, dans la seule fin de satisfaire sa bonté en communiquant la vie.
LACORDAIRE, Conf. de Notre-Dame, 1848, pp. 80-81.
Rem. Noter l'expr. toute-bonté (forgée sans doute sur le modèle de toute-puissance) employée par plusieurs aut. à propos de Dieu (cf. NODIER, La Fée aux miettes, 1831, p. 126; M. DE GUÉRIN, Journal intime, 1833, p. 156; VERLAINE, Amour, Prière du matin, 1888, p. 7) ou même à propos de l'Homme (M. BLONDEL, L'Action, 1893, p. 177; MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 96).
En interj. (le plus souvent avec la valeur d'un juron fam.). Bonté divine! levant les bras au ciel de désespoir. Bonté divine! (HUGO, Ruy Blas, 1838, V, 2, p. 448) [ou p. ell.] Bonté! Ils lâchent pied partout, bonté! (CLAUDEL, La Ville, 1re version, 1893, II, p. 359); ... qui lui céda ensuite une vache : " trente pistoles, bonté! (COLETTE, La Maison de Claudine, 1922, p. 34); bonté du ciel! ô bonté du ciel! (MICHAUD, Le Printemps d'un proscrit, 1803, p. 77); bonté de Dieu! Elle vous échappera, camarade! Bonté de dieu! Elle est rusée comme une couleuvre. (BERNANOS, Une Nuit, 1928, p. 23); Dieu de bonté! un soldat de cette même province, qui étoit de garde, l' ayant reconnue, s' écria : -" dieu de bonté! Dieu de miséricorde! C' est ma femme! " (CRÈVECŒUR, Voyage dans la Haute Pensylvanie, t. 3, 1801, p. 96).
P. méton. Une, des bonté(s) :
21. Elle était, quoique enfant, comme ces mères de plusieurs enfants qui paraissent n'avoir un cœur et des yeux que pour le plus faible et le plus infirme. C'est encore une bonté de Dieu qui met souvent un contrepoids de bien là où il a mis un poids de mal.
LAMARTINE, Le Tailleur de pierre de Saint-Point, 1851, p. 459.
[Avec une valeur allégorique] :
22. Crois, pleure, abîme-toi, dans l'insondable amour!
Quiconque est bon voit clair dans l'obscur carrefour;
Quiconque est bon habite un coin du ciel. Ô sage,
La bonté qui du monde éclaire le visage,
La bonté, ce regard du matin ingénu,
La bonté, pur rayon qui chauffe l'Inconnu,
Instinct qui dans la nuit et dans la souffrance aime,
Est le trait d'union ineffable et suprême
Qui joint, dans l'ombre, hélas! si lugubre souvent,
Le grand ignorant, l'âne, à Dieu le grand savant.
HUGO, La Légende des siècles, Le Crapaud, t. 2, 1859, p. 740.
23. Ma vie en vérité commence
Le jour que je t'ai rencontrée
Toi dont les bras ont su barrer
Sa route atroce à ma démence
Et qui m'as montré la contrée
Que la bonté seule ensemence
ARAGON, Le Roman inachevé, L'Amour qui n'est pas un mot, 1956, p. 173.
3. P. iron., péj. Sensibilité outrée ou faiblesse de caractère qui conduit à une indulgence, une complaisance excessives :
24. Il y a un genre d'indulgence pour ses ennemis, qui paraît une sottise plutôt que de la bonté ou de la grandeur d'âme. M. de C. me paraît ridicule par la sienne. Il me paraît ressembler à Arlequin, qui dit : « Tu me donnes un soufflet; eh bien! je ne suis point encore fâché. » Il faut avoir l'esprit de haïr ses ennemis.
CHAMFORT, Maximes et pensées, 1794, p. 31.
25. J'ai le malheur d'avoir le cœur, l'âme sensible, et souvent ma bonté, ma compatissance, m'ont rendu la dupe la plus bête, la plus ridicule. Mais je ne rougis pas de ce défaut, j'en tire plutôt vanité. Heureux celui qui n'est dupe que de son cœur!
RESTIF DE LA BRETONNE, M. Nicolas, 1796, p. 211.
PARAD. a) (Quasi-)synon. bêtise, facilité, naïveté, simplicité. b) (Quasi-)anton. intransigeance, sévérité.
Rem. 1. (Gén.). Dans le concept actuel de bonté, c'est l'accept. B (surtout B 1) qui prédomine. Mais les textes des XIXe et XXe s. attestent que presque toutes les nuances d'emploi de bon ont pu se rattacher à bonté. 2. On rencontre dans la docum. le néol. bontément, adv. (VERLAINE, Dans les limbes, 1894, p. 106 : vivre — saintement (...) gentiment, bontément —, suff. -ment2). Avec bonté.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. a) Ca 1100 « qualité d'une personne qui est bonne en elle-même » (Roland, éd. Bédier, 533); b) début XIIe s. « qualité d'une personne qui est bonne pour les autres » (Psautier Cambridge, LXVII, 11 dans GDF. Compl.); 1656 avoir la bonté de terme de politesse (PASC., Prov., 4 dans LITTRÉ); 2. début XIIe s. « ce qui est bien, le bien » (Psautier Oxford, XXXVI, 3 dans GDF. Compl.); 1150-70 « acte de bonté, bonne action » (Jeu Adam, 615 dans T.-L.); au plur. fin XIIe s. (Horn, 3043, ibid.); 3. 1130-60 « qualité d'une chose qui est bonne » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 689, ibid.).
Du lat. bonitas au sens 1 dep. PLAUTE (Capt., 245 dans TLL s.v., 2074, 1); au sens 3 (VARRON, Men., 23, ibid., 2076, 8).
STAT. — Fréq. abs. littér. :4 457. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 9 498, b) 6 739; XXe s. : a) 5 718, b) 3 799.
BBG. — COHEN 1946, p. 9. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 42. — MATORÉ (G.). Proust linguiste. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 1, p. 285.

bonté [bɔ̃te] n. f.
ÉTYM. 1080, « qualité morale (d'une personne) »; lat. bonitas, -atis, à l'accusatif bonitatem, de bonus « bon ». → Bon.
———
I (En parlant de choses).
1 (1130). Rare. Qualité de ce qui est bon. Excellence, perfection. || La bonté d'une terre, de l'air; la bonté d'un aliment, d'un vin; d'une marchandise.
1 Il y a dans l'art un point de perfection, comme de bonté ou de maturité dans la nature.
La Bruyère, les Caractères, I, 10.
1.1 Ce jour-là (…) la bonté de ce temps fut telle, pour la saison bien entendu, que lorsque le ciel ne se recouvrait pas trop de nuages (…) on aurait pu le croire (…) plus proche encore de l'été.
M. Duras, Moderato cantabile, p. 143.
2 Vx. Conformité au bien moral. || La bonté d'une action. || La bonté d'une cause. Justice. || La bonté d'un argument. Force; exactitude, vérité.
———
II Cour. (En parlant de personnes).
1 (Déb. XIIe). Qualité morale qui porte à faire le bien, à être bon pour les autres. Altruisme, bénignité, bienfaisance, bienveillance, bonhomie, clémence, compassion, complaisance, douceur, facilité (d'humeur), humanité, indulgence, magnanimité, mansuétude, miséricorde, pitié, tendresse. || Bonté naturelle. || Grande bonté. Débonnaireté, naïveté, simplicité. || Bonté excessive, naïve. Bêtise, bonasserie.Loc. fam. Vous avez de la bonté de reste : vous êtes trop bon (bonne). || Bonté du cœur : caractère charitable. || Bonté d'âme.Loc. Par bonté d'âme (souvent iron.). || Être plein de bonté. || Avoir un fonds de bonté. || Acte de bonté. || Traiter qqn avec bonté. || Avoir la bonté de faire qqch. || Sourire, regard plein de bonté. || Avoir l'apparence de la bonté (→ Être tout sucre et tout miel). || Implorer la bonté, recourir à la bonté de qqn. || Récompenser, louer qqn de sa bonté.
2 Nul ne mérite d'être loué de bonté, s'il n'a pas la force d'être méchant : toute autre bonté n'est le plus souvent qu'une paresse ou une impuissance de la volonté.
La Rochefoucauld, Maximes, 237.
3 Rien n'est plus rare que la véritable bonté : ceux mêmes qui croient en avoir n'ont d'ordinaire que de la complaisance ou de la faiblesse.
La Rochefoucauld, Maximes, 481.
4 Si c'en était ici le lieu, j'essayerais de montrer (…) comment des sentiments d'amour et de haine naissent les premières notions du bien et du mal : je ferais voir que justice et bonté ne sont point seulement des mots abstraits (…) mais de véritables affections de l'âme éclairée par la raison, et qui ne sont qu'un progrès ordonné de nos affections primitives (…)
Rousseau, Émile, IV, p. 278.
5 Votre bonté est si grande, qu'elle ressemble à Dieu ! Elle me pénètre d'admiration, de respect et de reconnaissance; mais elle m'accable et me confond.
A. de Musset, Carmosine, III, 8.
6 Bonté, c'est création; bonté, c'est fécondité, c'est la bénédiction même de l'acte sacré.
Michelet, la Femme, p. 208.
6.1 La bonté n'est pas naturelle : c'est le fruit pierreux de la raison. Il faut se prendre par la peau des fesses pour se mener de force à la moindre bonne action.
J. Renard, Journal, 10 août 1904.
6.2 La bonté purement bonne ne leur est pourtant pas étrangère, mais elle se porte alors sur de pauvres mendiants, sur des créatures malheureuses qui leur représentent intellectuellement la misère du monde, les misères à qui on peut faire l'aumône de sa fortune, même d'une larme, mais non point des concessions de toutes les minutes à une intelligence inférieure à la nôtre et qui ne nous admirerait point (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 744.
6.3 Il y a une bonté qui assombrit la vie, une bonté qui est tristesse, que l'on appelle communément pitié, et qui est un des fléaux humains.
Alain, Propos, 5 oct. 1909, De la pitié.
7 Sur ce visage volontaire, fleurit parfois un sourire de profonde et délicate bonté.
G. Duhamel, Récits des temps de guerre, Lieu d'asile, II.
En parlant de Dieu. || Bonté infinie, divine, souveraine, suprême. || Dieu, dans sa bonté… || Dieu est toute bonté.Interj. (1784, in D. D. L.). || Bonté divine || Bonté du ciel ! (→ Mon Dieu !).
8 (…) la volonté de Dieu, qui est seule toute la bonté et toute la justice (…)
Pascal, Pensées, X, 668.
9 De tous les attributs de la Divinité toute-puissante, la bonté est celui sans lequel on la peut le moins concevoir.
Rousseau, Émile, I, p. 48.
tableau Principales interjections.
2 (T. de politesse). || Avoir la bonté de… (et inf.). Amabilité, bienveillance, gentillesse, obligeance. || Il a eu la bonté de m'écrire.Je vous suis obligé de votre bonté.
10 Si vous aviez la bonté de me dire la même chose, vous m'obligeriez (…)
Pascal, les Provinciales, 4 (1656).
Iron. || Quand je parle, ayez la bonté de vous taire, je vous prie de…
3 (Mil. XIIe). || Une, des bontés. (Vieilli ou style soutenu). Acte de bonté; par ext. acte d'amabilité, de bienveillance. || Merci de toutes vos bontés, des bontés que vous avez eues pour moi.
11 Je vous fais (…) mes remerciements très-humbles (…) des bontés que Votre Altesse daigne me marquer (…)
La Bruyère, Lettre à Condé, VII.
Spécialt. En parlant d'une femme.Avoir des bontés pour qqn, lui témoigner un sentiment tendre ( Faveur).
12 La bonté est une vertu, mais ce n'est pas toujours par vertu qu'une femme a des bontés pour un homme.
Jouy, in P. Larousse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bonté — bonté …   Dictionnaire des rimes

  • bonté — BONTÉ. s. f. Qualité de ce qui est bon, ce qui fait qu une chose est bonne dans son genre. La bonté du vin. La bonté d un terroir. La bonté de l air. La bonté d une étoffe. La bonté d un remède. La bonté d une montre. La bonté d un cheval. La… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bonté — Bonté. s. f. L excellence ou la perfection de quelque chose. La bonté du vin, d une estoffe, d un cheval. la bonté de la viande, d un medicament &c. Il signifie aussi, Inclination à faire du bien, douceur, clemence. C est un homme plein de bonté …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bonté — Surnom sans doute donné à celui qui fait preuve de bonté, de valeur …   Noms de famille

  • Bonte — Nom surtout porté dans le Nord Pas de Calais (également Belgique et Pays Bas). Il correspond au moyen néerlandais bont (= tacheté, bigarré), surnom dont on ne sait trop s il désigne celui qui a des taches de rousseur ou des vêtements bigarrés, la …   Noms de famille

  • BONTÉ — s. f. Qualité de ce qui est bon, ce qui fait qu une chose est bonne dans son genre. La bonté d un terroir. La bonté de l air. La bonté d un aliment, d une boisson. La bonté d une étoffe. La bonté d un remède. La bonté d une montre. La bonté d un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • bonté — (bon té) s. f. 1°   Qualité de ce qui est bon. Bonté des terres. Bonté d un pays. Bonté d une marchandise. Bonté d un vin. Bonté de l air. Bonté d un fruit. 2°   Justice. Bonté d une cause. Comptant sur la bonté de sa cause. 3°   Douceur,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BONTÉ — n. f. Qualité de ce qui est bon, ce qui fait qu’une chose est bonne dans son genre. La bonté d’un terroir. La bonté de l’air. La bonté d’un aliment, d’une boisson. La bonté d’une étoffe. La bonté d’une action. Il se dit aussi de cette Qualité… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bonté — I. Bonté, f. acut. Se prend ores pour le regard des moeurs et de l ame, comme la bonté du Roy est grande, Insignis est Regis bonitas ac probitas. Et ores pour le regard du corps et force d iceluy. Au 2. livr. d Amadis chap. 2. selon la bonté et… …   Thresor de la langue françoyse

  • Bonte — Friedrich Bonte (* 19. Oktober 1896 in Potsdam; † 10. April 1940 bei Narvik, Norwegen) war ein Marineoffizier (zuletzt ab 1940 im Rang eines Kommodore) in der deutschen Kriegsmarine während des Zweiten Weltkrieges. Inhaltsverzeichnis 1 Laufbahn 2 …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.